The Carlington Summit
by Frances Tanner.

Jusqu'à date, le seul à présenter sa candidature aux élections pour conseiller du Conseil des écoles catholiques de langue française du Centre-Est (CECLFCE) est un novice, Ronald Saumure. Les zones électorales ont été revisées et, Marie Biron, notre conseillère actuelle, qui est aussi présidente du Conseil, se présente dans une autre zone. Diane Lévesque-Trudel, une autre conseillère qui demeure dans la nouvelle Zone 5 (qui regroupe les quartiers Rivière, Bay, Baseline, Kitchissippi et Knoxdale-Merivale), n'a pas encore décidé si elle veut poser sa candidature cette fois.

M. Saumure apporte à sa candidature une expérience approfondie des affaires scolaires et de la vie communautaire. Il a siégé ou présidé aux conseils scolaires de l'école Laurier-Carrière et du Collège catholique Franco-Ouest et a contribué à plusieurs comités du Conseil, dont un sur le réaménagement des écoles et un autre sur les fins en éducation.

«Au niveau de la francophonie, j'ai aussi travaillé pour promouvoir un peu les services,» dit M. Saumure, «par exemple par des pressions auprès du conseil de la transition pour que la nouvelle ville d'Ottawa soit bilingue». Il siège aussi au conseil d'administration du Centre communautaire Franco-Ouest, «ou on est presque prêt à publier un répertoire des services francophones dans l'ouest d'Ottawa.»

Quant au travail du conseil dans les prochaines trois années, M. Saumure estime que «c'est presque fini la fermeture des écoles, mais il y en a beaucoup qui ont besoin de rénovations...» Selon M. Saumure, la plupart des élèves qui ont vécu une fermeture «se sont trouvés dans une plus belle école,» comme, par exemple, les enfants du Pavillon Saint- Bonaventure qui ont déménagés cette année au nouveau site de l'école Terre-des- Jeunes sur Parkhaven, de l'autre côté de l'avenue Woodroffe. Ces élèves partagent maintenant une grande cour pleine d'installations avec l'école secondaire Woodroffe. Il faut toujours obtenir la permission de la ville pour ajouter une suite de salles de classes (un «Portapak»). «On vit aussi l'intégration des enfants de la septième et huitième dans les écoles secondaires, et les parents ont une certaine réticence.» Il est en faveur de la solution que les élèves des 7e et 8e prennent l'autobus scolaire au lieu d'OC Transpo. Un autre défi auquel le CECLFCE devra faire face est celui de la relève des enseignants, dont grand nombre prendront leur retraite dans les prochaines années. «Il n'y en a pas assez qui prennent les cours [pour devenir enseignant] et il faut promouvoir la profession,» croit M. Saumure.

Sa campagne électorale se déroulera avec du porte-à-porte, des visites aux messes dans les cinq paroisses de la zone, et des cafés-rencontres.

Les «branchés» peuvent également se renseigner en visitant son site à l'internet: http://www.magi.com/~saumure/election.html.